Instagram RSS

Rand’eau contre les projets de Giga-bassines dans le Puy-de-Dôme

Samedi 11 mai, en plein « viaduc » de jours fériés, la première initiative contre les projets de Giga-bassines dans le Puy-de-Dôme sera une rando au départ de Billom. Ou plutôt une « rand’eau, festive et déterminée », à l’initiative de Bassines Non Merci 63, de la Confédération Paysanne, de XR63, et des Faucheurs volontaires d’OGM 63. Face au projet de deux giga-bassines, cette première mobilisation populaire doit permettre que celles et ceux qui refusent que la ressource en eau soit privatisée fassent fortement irruption dans le débat, avant que

Bilan de la COP, luttes écologistes et écosocialisme

Samedi 24 février 15h – 19h – Montreuil Alors que la catastrophe climatique et environnementale en cours acquiert, année après année, plus de réalité, et que la COP28 n’a une nouvelle fois pas permis de prendre des décisions à la hauteur des enjeux, la Gauche Écosocialiste organise une table ronde pour tirer le bilan de ce processus dans une perspective écosocialiste, en se penchant sur les nouvelles luttes écologistes qui essaiment sur tout le territoire. Avec – Michael Löwy, Ecosocialiste et membre du conseil scientifique de l’Institut La Boëtie, – Hendrik Davi,

Sainte Soline : un lourd verdict

Mercredi 17 janvier, le tribunal de Niort a prononcé des condamnations inacceptables à l’encontre des neuf militants poursuivis pour s’opposer au projet d’accaparement de l’eau que sont les mégabassines. Porte-parole du collectif « bassines non merci », militants des Soulèvements de la Terre, militants de la Confédération Paysanne, de la CGT et de Solidaires, tous ont été reconnus coupables d’avoir organisé la manifestation du 25 mars à Sainte Soline et d’y avoir participé. Le juge a suivi à la lettre les réquisitions du Procureur : des peines de prison avec sursis de 12,

COP28 : Ahmed Al-Jaber inscrit son nom dans l’histoire de l’enfumage capitaliste

Fumée blanche à la COP28 : les deux semaines de négociations climatiques ont débouché sur un accord unanime. Tout sourire sous les applaudissements, le président émirati du sommet a estimé que le texte élaboré sous sa houlette était « historique ». Beaucoup de grands médias ont relayé ce message, avec l’appui de certains scientifiques très impliqués dans les travaux du GIEC. (1) Or, en réalité, rien, ou presque, ne justifie cet enthousiasme. “Historique” Ce qui est « historique », c’est qu’un sommet des Nations Unies sur le climat ait été mis entre les mains du président

« Dubaï est une farce »

Les Scientifiques en rébellion organisent une alter COP à Bordeaux. Reportage. Le collectif Scientifiques en rébellion organise une COP alternative à Bordeaux afin de dénoncer l’échec de la gouvernance climatique mondiale et d’inventer de nouveaux imaginaires. « Le message est terrible. La COP28 est témoin d’une faillite : celle de la gouvernance climatique internationale. » Un micro à la main, le biochimiste Jérôme Santolini s’adresse à l’assemblée avec la pédagogie du professeur et la fièvre de l’activiste. Dans ce hall austère de la Base sous-marine de Bordeaux, tout de béton vêtue, la température est un brin plus fraîche

OPA fossile sur les COP

La présidence de la COP28 par le patron de la compagnie émiratie des pétroles (ADNOC, Abu Dhabi National Oil Company) n’est pas un accident de parcours, imputable uniquement à la rotation des pays accueillant les conférences sur le climat. Elle traduit un repositionnement tactique des principaux producteurs de combustibles fossiles, le pétrole et le gaz en particulier. Qu’ils soient privés ou publics, ces grands groupes fossiles campent depuis des décennies sur une position défensive, imprégnée plus ou moins explicitement de déni climatique. Au fil des années, ils ont contesté successivement

Une COP pour rien ?

La 28ème Conférence des Parties sur le Climat de l’ONU (COP 28) se déroule en ce moment à Dubaï jusqu’au 12 décembre. Cette COP 28 suscite beaucoup d’attentes, car elle doit aboutir au premier bilan mondial des engagements que les États ont pris lors de l’accord de Paris. Elle intervient à un moment où les citoyens sont de plus en plus conscients et victimes des dérèglements climatiques avec la succession de sécheresses, canicules, incendies de forêt, tempêtes et inondations. Je reviens dans cet note de blog sur les enjeux de cette

La déroute des routes est en marche !

Le week-end des 14 et 15 octobre a été marqué par une mobilisation importante contre le projet du L.I.E.N. (Liaison intercantonale d’évitement Nord) dans l’Hérault, avec l’initiative “Bloque ton périph.” Ce projet autoroutier controversé entraînerait la destruction de milliers d’arbres, la pollution de sources d’eau potable, et l’urbanisation accrue de la région. La mobilisation va au-delà de la protection de l’environnement, elle défend une vision alternative du développement urbain axée sur les transports durables, la densification urbaine, et la préservation des terres agricoles. La coalition “La Déroute des Routes” regroupe

Des méga-bassines à l’A69, vers une moisson de victoires ?

« Pas associés à de réelles mesures d’économie d’eau » et non adaptés aux effets du changement climatique. En annulant mardi 3 octobre, après des mois de lutes acharnés, les deux arrêtés préfectoraux autorisant la création de quinze méga-bassines en Nouvelle-Aquitaine, le verdict du Tribunal Administratif de Poitiers a fait l’effet d’une petite bombe sous les cris de joie des nombreu-ses-x opposant-e-s au méga-bassines. C’est une très, très bonne nouvelle pour tous ceux qui se battent pour l’eau et contre les mégabassines » a réagi Julien Le Guet, porte-parole du collectif Bassines non merci. Pour la confédération paysanne « ce

Le timide Pacte vert européen mis en danger

La Commission européenne a lancé fin 2019 un Pacte vert (Green Deal en anglais). Celui-ci prévoit de décliner thématiquement et sectoriellement nombre de législations censées mettre l’Europe sur la voie de la neutralité carbone et de la préservation de l’environnement. Ces mesures sont largement insuffisantes pour atteindre l’objectif de limiter l’augmentation de la température à 1,5°C et enrayer l’effondrement de la biodiversité. Toutefois, c’est un bougé non négligeable de la part des élites européennes et, pour résumer à grand trait, un début de verdissement du capitalisme européen. C’est dans le cadre

On ne dissout toujours pas un soulèvement !

Dans la continuité de sa logique de criminalisation de l’écologie politique, Darmanin relance sa cabale médiatique et policière contre les militantes et militants des Soulèvement de la Terre. Il avait déjà provoqué la violence contre les manifestantes et les manifestants à Sainte-Soline et tenté une première fois de dissoudre les Soulèvements de la Terre, via un amalgame dangereux entre désobéissance écologique et terrorisme. Va-t-on bientôt qualifier de terroristes les gens qui arrachent des salades ? Les militantes et les militants qui dénoncent l’usage abusif de l’eau et la privatisation des

La GES contre le projet de l’autoroute Toulouse-Castres

Nous sommes opposés au projet de relier Castres à Toulouse par la construction d’une autoroute qui va totalement à l’encontre des enjeux climatiques et environnementaux actuels et qui représente un non-sens social et économique absolu. Au regard des bouleversements climatiques, sanitaires, alimentaires et sociétaux en cours, nous considérons que ce projet date du siècle dernier. Dans son dernier rapport, le GIEC nous donne 3 ans pour réorienter nos modes de vie si l’on souhaite garder la planète dans une plage de températures vivables. La construction de l’A69 n’a pas sa

Sainte Soline : témoignage d’une députée

Il m’a fallu quelques heures pour rédiger ce texte. Quelques heures pour digérer et tenter d’analyser ce que nous avons vécu hier à #SainteSoline. Dormir un peu malgré le bruit sourd des explosions qui se répète dans nos têtes. Dormir malgré les images de blessé·es, la peur sur les visages qui contrastait avec la joie du début de journée. La joie d’être ensemble, des dizaines de milliers à défiler pour ce bien commun et précieux qu’est l’eau. Tôt le matin, nous nous sommes retrouvé à Vanzay pour le départ de

Le Rassemblement national et l’écologie, simple vernis ou projet politique ?

Marine Le Pen parle d’écologie. A bas bruit. Depuis son accession à la présidence du Front national en 2011 elle occupe le terrain écologique, formule des propositions et cherche à rendre crédible son parti sur tous les sujets, y compris ceux traditionnellement de gauche1. Damer le pion aux Verts et à toute organisation se réclamant de l’écologie politique est une stratégie électorale. En feignant de répondre à une préoccupation du siècle elle continue son entreprise de dédiabolisation et cherche à s’adresser à un électorat le plus large possible. Economie circulaire,

Victoire fossile à Sharm el Sheikh, il ne reste que la lutte

Quelque jours avant l’ouverture de la COP27 à Sharm El-Sheikh, en Égypte, j’ai écrit que cette conférence serait un « nouveau sommet du greenwashing, du capitalisme vert et de la répression » (1). C’était une erreur. Le greenwashing et la répression étaient plus que jamais au rendez-vous sur les rives de la Mer Rouge, mais le capitalisme vert, lui, a subi un revers, et les fossiles ont remporté une nette victoire. En matière climatique, on peut définir le capitalisme vert comme la fraction du patronat et de ses représentants politiques qui prétend que