Instagram RSS

Kanaky : le gouvernement français tente de minoriser les indépendantistes kanak·es

Après l’avancement unilatéral du dernier référendum pour l’indépendance de 2021, largement boycotté par les Kanak·es, le projet de loi élargissant le corps électoral de la Kanaky attise les tensions, nie une fois de plus le droit à l’autodétermination des autochtones et met à nu la brutalité coloniale de l’Etat français. Ce lundi 13 mai 2024, l’Assemblée nationale votait le projet de loi constitutionnelle “portant modification du corps électoral pour les élections au congrès et aux assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie”1 présentée par le gouvernement français. Ce projet de loi

L’opposition iranienne face au conflit entre Téhéran et Tel-Aviv

Entretien avec Frieda Afary Nous publions l’interview de Frieda Alary, réalisée le 24 avril par Francesco Brusa et Piero Maestri, contributeur de l’édition italienne de Jacobin. Cette interview a d’abord été publiée sur le site italien Micromega.net. Publié avec l’autorisation des auteurs.  Après l’attaque de l’Iran contre Israël les 13 et 14 avril, qui a suivi le bombardement par Tel-Aviv, le 1er avril, d’un bâtiment adjacent au consulat iranien à Damas, de nombreux citoyens de la République islamique sont descendus dans la rue pour se réjouir. Mais la majorité du

Nouvelle-Calédonie : à quand la fin de la France coloniale ?

« Voyez comme le colonialisme est perfide, têtu, funeste » – Aimé Césaire A près de 17 000 kilomètres de la métropole, la Nouvelle-Calédonie s’embrase. Depuis mardi, cinq personnes sont déjà mortes : deux militaires et trois civils. Ce qui menace, c’est un retour en arrière de près de 40 ans, à l’époque où l’on parlait, comme en Algérie, « d’évènements » pour jeter un voile pudique sur ce qui était une guerre civile. Colonisée par les Français en 1853, la Nouvelle-Calédonie a perdu son statut de colonie pour celui de « Territoire d’Outre-Mer » dans les années

Education, face au « choc des savoirs » : un choc des luttes !

Les mobilisations engagées depuis janvier 2024 à la fois sur la question des moyens, la question de salaires et d’opposition au « choc des savoirs », s’engage dans un mois de mai déterminant. Rappelons les grèves nationales des 1er février, 6 février, 8 mars, 19 mars et du 2 avril mais également les dizaines d’actions locales, « collèges morts », « nuits des écoles et collèges » et bien entendu la lutte très longue des personnels en Seine-Saint-Denis ou en Loire-Atlantique (pour ne citer que ces deux exemples qui montrent une détermination sur la durée). Ces

Russie : le socialisme hors la loi

Le 5 avril 2024, le Mouvement socialiste russe a été déclaré « agent étranger », ce qui revient à une quasi-interdiction de ses activités en Russie. Quel a été son rôle dans la politique de gauche russe ? Quelle est la raison de son statut d’ « agent étranger » ? Avec ses membres, Posle.media, revue de l’opposition de gauche russe basée à Londres, revient sur l’histoire du mouvement au cours de la dernière décennie, son rôle dans la gauche russe et la raison de sa désignation comme « agent de

Congrès de Solidaires : une centrale au milieu du gué

Du 22 au 25 avril dernier, 450 congressistes représentant 52 fédérations et syndicats nationaux ont participé au 9ème congrès national de Solidaires à Toulouse. Les Solidaires locaux, équivalent des unions départementales à la CGT étaient également représentés. Ce congrès a d’abord été l’occasion d’un bilan qui, s’il n’a pas été occulté, a peu suscité de débats. Solidaires perd en effet près de 1200 adhérent⋅es par an depuis 2017, pour plafonner probablement à environ 92 000 en 2023. Cette baisse s’explique par une érosion dans le secteur public où Solidaires est

USA : le mouvement pour la Palestine est du bon côté de l’histoire

Aux États-Unis, dont le gouvernement est le principal allié du régime israélien, des mobilisations sont organisées sur tout le territoire depuis le 7 octobre, en solidarité avec la Palestine et pour exiger l’arrêt du soutien aux crimes de guerre israéliens. La communauté juive du pays (qui est la plus grande communauté juive hors d’Israël) et les étudiant·es sont au cœur de la mobilisation. Ces dernières semaines, à la suite de l’université Columbia de New York, des étudiant·es ont établi des campements sur des dizaines de campus universitaires afin d’exiger que

Entre conquêtes et défaite. La révolution portugaise de 1974-1975

Le mouvement militaire victorieux du 25 avril 1974 a été marqué, dès le premier jour, par l’explosion d’un mouvement révolutionnaire de masse, un véritable tremblement de terre qui a subverti l’ordre établi à tous les niveaux de la société. Il a tenté de créer et d’articuler de nouvelles formes démocratiques d’organisation et d’expression de la volonté populaire dans des milliers d’entreprises, dans les quartiers populaires de la périphérie des villes, dans les campagnes du sud, dans les écoles, dans les hôpitaux, dans les organes locaux et centraux de l’État et même dans

Au-delà des oeillets. Grandeurs et limites de la Révolution portugaise

D’avril 1974 à novembre 1975, la classe ouvrière portugaise va ainsi chercher à briser l’appareil d’État hérité du régime salazariste et à inventer les voies d’un socialisme démocratique, dans des conditions d’arriération économique et de répression politique léguées par une dictature qui se sera maintenue plus de quarante ans. S’enracinant en partie sur le terrain des contradictions propres au colonialisme portugais, la Révolution s’ouvre le 25 avril 1974 par une révolte de capitaines organisés dans le cadre du Mouvement des forces armées (MFA), avant de se radicaliser par bonds –

Enseignants, les nouveaux prolétaires ?

Alors que Gabriel Attal, après un rapide séjour au Ministère de l’Education Nationale, est devenu Premier Ministre, les problèmes s’accumulent dans l’Éducation Nationale, ce dont témoigne la profonde mobilisation qui touche les établissements de Seine-Saint-Denis depuis plusieurs semaines. Tout en refusant de répondre aux revendications des personnels, le gouvernement annonce une nouvelle réforme de la formation. En creux de ces évènements récents, la question est posée des effets du néolibéralisme sur le métier d’enseignant, y compris sur l’évolution de leur position au sein de la structure de classe. C’est sur

L’autorité n’est ni la censure, ni la mise au pas

La macronie, qui plonge dans les sondages, s’affole. C’est alors qu’elle court tel un canard sans tête en direction du RN. C’est toujours plus à droite qu’elle cherche son sésame, taillant les dernières croupières à LR, celles qui résistent au clan Le Pen. Le résultat est un désastre pour notre pays. Car le « à droite toute » atteint le socle des principes fondateurs de notre République en muselant les opposants politiques. Et prépare le terrain au Rassemblement national. L’arbitraire contre la démocratie La répression et la censure viennent d’atteindre des sommets que

Comment répondre aux attaques contre l’école publique ?

La commission Éducation de la Gauche Ecosocialiste organisait le 18 mars 2024 une réunion débat. Cette initiative était animée par Laurence De Cock (historienne de l’école, enseignante et militante pédagogique, membre de la commission Éducation de la GéS) qui est revenue sur la situation actuelle de l’école et a dressé des pistes politiques. Frédéric Grimaud (enseignant et docteur en sciences de l’éducation, militant au SNUipp-FSU) est revenu sur la question du travail des professeur.es à partir de son ouvrage (Enseignants, les nouveaux prolétaires) et Grégory Chambat (enseignant en collège auprès

Portugal : il y a 50 ans, la Révolution des Oeillets

Le 25 avril 1974, la diffusion de « Grandola Villa Morena » (1) sur les ondes de Radio Renaissance marque le lancement de ce qui n’était à l’origine qu’un coup d’Etat et allait rapidement devenir la « Révolution des Œillets ». A l’origine de l’événement, il y a la prise du pouvoir par certains secteurs de l’armée, à l’instigation du Mouvement des Forces Armées (MFA). Le MFA est une organisation clandestine regroupant des officiers supérieurs – les « capitaines d’Avril » – dont l’objectif principal était d’en finir avec les guerres coloniales perdues d’avance que le

La Cité Scolaire Internationale Jacques Chirac à Marseille, ou « Stanislas dans le public »

Etablissement au statut hybride rendu possible grâce à la Loi « Pour une école de la confiance » de J-M Blanquer, qui permet de déroger entièrement à la carte scolaire, de sélectionner les élèves et de recevoir des financements privés, il s’agit d’un établissement qui transpose dans le public les principes d’entre-soi et de sélection propres aux établissements privés les plus élitistes. Située dans la zone littorale d’Euroméditerranée, vaste projet de renouvellement urbain des quartiers du port, au pied du siège social de la CMA-CGM, elle est actuellement en construction en partenariat

Public vs Privé : « Rallumer la guerre scolaire… » ?

Les conclusions de la mission parlementaire sur le financement de l’école privée sous contrat, dont les rapporteurs sont Paul Vannier (LFI, Val d’Oise) et Christopher Weissberg (RE, 1ère circonscription des français de l’étranger), ont été publiées mardi 2 avril dernier. Elles pointent en premier lieu l’opacité qui règne sur le montant des dépenses publiques allouées à l’enseignement privé, cela alors que la mobilisation pour un plan d’urgence pour l’éducation en Seine St-Denis se poursuit depuis plusieurs semaines et fait face à la surdité accablante du gouvernement. Cette situation souligne à