Instagram RSS

Beziers : marchons pour nos libertés, contre les idées d’extrême-droite

Chaque jour, la crise politique et démocratique s’accentue. Les urgences sociales ne sont pas prises en compte, alors que les inégalités se creusent dans le pays. Nous constatons que cette situation aggrave le quotidien des Françaises et des Français. Les politiques de rigueur et d’austérité imposées ne permettent plus à nos services et entreprises publiques de faire république. Les sondages annoncent comme inéluctable la victoire de l’extrême droite lors des prochaines élections européennes, nous dénonçons l’attitude de certains médias faisant campagne pour des candidats ouvertement racistes et réactionnaires. Le racisme

L’U.E. et la question migratoire : l’ascension politique des extrêmes droites

À moins de 4 mois d’un scrutin pour renouveler le Parlement européen, les extrêmes droites abordent l’élection en position de force : elles gouvernent déjà dans 6 pays de l’Union – seules ou en coalition – et les sondages les annoncent comme première ou deuxième force dans 9 autres1. Au cœur de leurs discours, et par-delà des divergences entre les diverses formations, l’idéologie anti-immigration les rassemble. Si on dépasse le cadre des partis d’extrêmes droites pour comptabiliser les formations prônant une idéologie anti-immigration, le constat est encore bien plus alarmant. Comme

France : tentation fasciste ?

Dans le cadre du débat lancé sur notre site sur la lutte contre l’extrême-droite, nous publions, avec leur accord, ce texte d’Hélène Adam et Martine Billard, membres du Parlement de l’Union Populaire. Il est courant aujourd’hui de parler de risque fasciste en France en évoquant la possibilité de la victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle. Pourtant utiliser les bons concepts et donc les bonnes dénominations est fondamental en politique pour pouvoir adopter la réponse adéquate. Quelques rappels historiques sur le fascisme Historiquement le fascisme apparaît avec Benito Mussolini

Vaincre le fascisme : la stratégie du « front unique ouvrier », d’hier à aujourd’hui

Le groupe de travail sur l’extrême-droite de la Gauche écosocialiste lance une réflexion largement ouverte sur les formes de lutte unitaire à développer face à la montée l’extrême-droite. Dans ce cadre, nous publions avec l’accord de son auteur cette note de blog déjà parue sur Mediapart le 19 janvier 2024. D’autres contributions seront publiées tout au long de l’année 2024. Publié en 2021 aux éditions de la librairie La Brèche (NPA), l’ouvrage « Comment vaincre le fascisme » rassemble des écrits de Trotsky, rédigés entre 1930 et 1933 dans un contexte marqué

Ils rêvent de guerre civile, ce sont les « accélérationnistes ».

La loi « immigration » votée le 19 décembre par la macronie, la droite extrême des Républicains et l’extrême-droite, bafoue l’ensemble des principes et des valeurs résumés par la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Elle met en place un ensemble de mécanismes d’exclusion de droits sociaux, elle crée des divisions entre jeunes nés en France, elle alimente la désignation des étrangers comme boucs émissaires. En banalisant et en intégrant dans la loi le thème fondamental de l’extrême-droite, la préférence nationale, elle ouvre la voie à tous les débordements de haine. Elle renforce celles

Ultra-droite, vous avez dit ultra-droite… ?

A chaque nouvelle provocation des groupuscules d’extrême-droite, après les agressions de militants ou de réunions publiques, à Lyon, par exemple, après la manifestation parisienne du 6 mai, après les pressions et les démonstrations de force contre les élus à Callac ou à Saint Brévin, on nous ressort le terme « ultra-droite », catégorie qui ne nomme rien, n’explique rien et sert la confusion politique. Le raid à Romans sur Isère de plusieurs dizaines de militants nationalistes révolutionnaires ou identitaires, venus de la France entière, mobilisés par une dizaine de groupuscules locaux, plus

Pourquoi l’extrême droite l’a emporté aux Pays-Bas ?

La victoire de la droite aux récentes élections néerlandaises n’est pas une surprise. Ce qui est surprenant, c’est l’importance de la part de l’extrême droite dans la victoire globale de la droite. Pour Geert Wilders, le chef du Parti de la liberté (PVV), la principale organisation d’extrême droite aux Pays-Bas et alliée du FN/RN, des années de patience ont porté leurs fruits alors que le parti de droite sortant a de son côté joué et perdu.  La progression électorale de l’extrême droite s’est faite en grande partie aux dépens du

De tous les combats, contre toutes les formes de racisme

Samedi 25 novembre, à Romans-sur-Isère (26), des groupuscules fascistes et néo-nazis venus de toute la France sont descendus dans l’intention de procéder à une « ratonnade ». Nous condamnons fermement ces milices racistes qui désormais agissent ouvertement. Nous attendons de la police qu’elle les appréhende et de la justice qu’elle les condamne rapidement. Nous appelons l’exécutif, l’ensemble des forces politiques et des groupes parlementaires à dénoncer sans ambiguïté ces violences et plus généralement à prendre la mesure du climat de haine et de racisme propagés par l’extrême-droite y compris dans des médias. Ceux qui ont tenté de sévir

« Vraiment, je vis en de sombre temps ! » Berthold Brecht

Comme dit le poète,  « vraiment, nous vivons en de sombres temps ». Car si nous faisons le point sur l’extrême droite ce dernier mois, les signaux alarmants s’accumulent. Voyons d’abord le monde. En Israël, nous sommes témoins heure après heure ce qu’entraine une extrême-droite au pouvoir. Une folie guerrière meurtrière qui rase la Bande de Gaza, sans autre but de guerre que la vengeance. Les crimes sont tels que même la communauté internationale, après lui avoir apporté son soutien, invite Israël à la « retenue » Mais dans l’idéologie d’extrême-droite, il n’y a

L’ouragan Milei. Les sept clés de l’élection argentine

Le libertarien Javier Milei a remporté l’élection présidentielle argentine avec 55,7 % des voix contre 44,3 % pour le péroniste Sergio Massa, soit une marge beaucoup plus importante que ce que prévoyaient les sondages. En l’espace de deux ans, cet outsider aligné sur l’extrême droite mondiale est passé des studios de télévision, où il était connu pour son style excentrique et ses cheveux indisciplinés, à la Casa Rosada [la Maison Rose est le siège du pouvoir exécutif argentin]. Comment l’Argentine en est-elle arrivée à cette situation apparemment impossible il y

Habits neufs, vieilles recettes ?

Depuis les ABCD de l’égalité, il est clair que l’offensive réactionnaire des « anti-genres» se poursuit et se décline sur de nouveaux thèmes. Depuis la Manif pour tous, la désinformation déferle avec grand bruit pour dénoncer des « cours d’éducation sexuelle dès la maternelle, avec exercices pratiques ». On se souvient d ‘Alain Soral et de Farida Belghoul, cette dernière avait organisé la « Journée du retrait des enfants» (JRE) soutenue par Civitas. Christine Boutin et son parti Chrétien démocrate, avait fait annuler des conférences sur le genre destinées à la formation des

Communiqué de solidarité avec la librairie La Brèche.

Ce lundi 21 août, l’extrême droite s’en est prit à la librairie parisienne La Brèche, liée au Nouveau Parti Anticapitaliste, en la taguant de graffitis antisémites et sexistes sur les murs extérieurs, traitant le NPA de « p*te à ju*fs / p*te à Soros », le tout signé par deux groupuscules fascistes (GUD et Zouaves Paris). Se sentant pousser des ailes depuis de nombreux mois, voire années, les groupuscules d’extrême droite multiplient les attaques contre le mouvement social et la gauche politique: agressions violentes d’étudiant-e-s, et militant-e-s comme récemment dans

Extrême-droite, police et armée des liaisons dangereuses

Nombres d’évènements qui ont marqué l’actualité de ces derniers mois, pour ne pas dire ces dernières années, incitent à s’intéresser à la présence de l’extrême droite dans la police, dans l’armée et aussi dans la pénitentiaire. La radicalisation des militaires, fonctionnaires de police et agents pénitentiaires est un fait, des incidents impliquant ces professionnels ont fait l’actualité dans l’hexagone au cours des dernières années, qu’ils aient commis des actes discriminants, racistes, violents ou fait circuler des contenus extrémistes. Lorsque l’on étudie cette question, il est important de garder à l’esprit

Cinquante ans après le 21 juin 1973, le combat antifasciste toujours d’actualité.

Il y a cinquante ans, la manifestation du 21 juin 1973, organisée par la Ligue Communiste et d’autres organisations de ce que l’on appelait alors « l’extrême-gauche » représentait le point culminant de l’affrontement physique entre ces forces politiques et l’appareil d’Etat. Nous présentons ici quelques extraits du chapitre 11 de « C’était la Ligue » d’Hélène Adam et François Coustal, coédité en 2019 par Syllepse et Arcane 17, ainsi que quelques souvenirs de l’un des principaux organisateurs de cette manifestation, l’un des responsables du Service d’Ordre Central de la Ligue Communiste, Michel Angot.

« Le danger central, c’est la fascisation de l’État »

Membre de l’Observatoire national de l’extrême droite et auteur de plusieurs ouvrages sur la question (dont le dernier en date, La nouvelle internationale fasciste, est sorti cet automne chez Textuel1), le sociologue Ugo Palheta analyse depuis des années les évolutions d’un fascisme – ou néofascisme – qui ne cesse de se renforcer, en France comme dans bien des coins du globe. D’où notre envie d’aller lui poser quelques questions à l’heure où le pouvoir macroniste drague plus que jamais à la droite de la droite et impose sa politique par