RSS

Résolution : la guerre et l’avenir de l’Ukraine et du Mouvement de Gauche

Le peuple ukrainien a été confronté à des défis difficiles, mais il a prouvé sa capacité à lutter pour le droit de décider de son propre destin, et sa détermination à défendre le pays et à mettre fin à la guerre dès que possible. Les autorités et les représentants de l’idéologie fondamentaliste du marché, ainsi que les grandes entreprises, continuent de faire passer un modèle économique axé sur le bénéfice d’une minorité au détriment du bien-être de la majorité absolue. Dans ce modèle, les travailleurs sont complètement soumis à la

Ukraine : non à la guerre de Poutine !

La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine vient d’entrer dans son huitième mois. Elle prend une importance toujours croissante, tant par l’implication à des degrés divers de nombreux acteurs internationaux dont les buts sont parfois très éloignés du soutien proclamé à l’autodétermination du peuple ukrainien, que par les conséquences multiples qu’elle a pour l’ensemble des populations de la planète. Les dernières déclarations de Vladimir Poutine, qui font suite à huit mois de résistance ukrainienne et à une série de contre-offensives qui mettent en lumière les faiblesses et l’essoufflement de

Dans la Gauche russe, une voix anti-guerre

Interview d’un intellectuel et militant russe célèbre à propos du mouvement anti-guerre Né en 1981, Ilya Budraitskis est issu d’une génération qui a grandi au milieu des dures réalités de la Russie post-soviétique mais il n’a pas pour autant opté pour le libéralisme à l’occidentale ou pour l’une des variétés du nationalisme (incluant ce que l’on peut définir comme le « poutinisme »). Au contraire, il a essayé de se reconnecter à la tradition du marxisme critique. Historien de formation, il a été un critique franc de Poutine mais aussi un analyste

Quelle solidarité avec la Résistance ukrainienne ?

Le déclenchement de la guerre en Ukraine, et les tâches de solidarité internationaliste qui en découlent, ont remis à l’ordre du jour, au sein de la gauche radicale tant occidentale qu’est-européenne, une série de débats politiques de premier plan, sur la nature de cette guerre, sur l’impérialisme russe, sur le rôle de l’Otan et de l’Union Européenne, sur le pacifisme… Le site d’Ensemble Insoumises a, dès le début de la guerre, commencé à rendre compte de ces débats en publiant, notamment, les contributions Gilbert Achcar et de Stathis Kouvelakis .

Déclaration de solidarité avec la lutte du peuple ukrainien

Après une délégation du Réseau syndical international qui s’est rendue pour le 1 er mai en Ukraine, c’est le Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine (RESU) https://ukraine-solidarity.eu/ qui a envoyé une délégation de 26 personnes d’une dizaine de pays, dont des parlementaires polonais, suisses, danois, finlandais ainsi que des représentants de mouvements de solidarités anglais, belge, français, espagnol, (Catalogne) du 4 au 7 mai, accueillis notamment par l’organisation ukrainienne Sotsialnyi Rukh (Mouvement social ukrainien). Un texte présenté par Vitali, de Sotsialnyi Rukh, a été adopté lors d’une dernière assemblée réunissant

La lutte pour l’autodétermination de l’Ukraine

Entretien avec Yuliya Yurchenko, conduit par Ashley Smith Ashley Smith: Quelles sont les conditions de vie des Ukrainiens dans cette guerre ? Quel est l’état de la résistance militaire et civile à l’invasion de la Russie ? Yuliya Yurchenko: Tout d’abord, c’est vraiment bien de m’entretenir avec vous et de raconter l’histoire de cette guerre et de cette résistance d’un point de vue ukrainien et de gauche. Je pense que tout le monde sait que les bombardements russes ont gravement endommagé des villes entières, notamment Marioupol, et tué un nombre innombrable de

Contre l’impérialisme russe

Bien que la majorité de la gauche ait condamné l’invasion russe de l’Ukraine, l’unité du camp de gauche fait toujours défaut. Nous voudrions nous adresser à ceux de gauche qui s’en tiennent encore à la position des « torts partagés » qui considère la guerre comme une guerre inter-impérialiste. Il est grand temps que la gauche se réveille et fasse une « analyse concrète de la situation concrète » au lieu de reproduire les cadres usés de la guerre froide. Négliger l’impérialisme russe est une terrible erreur pour la gauche. C’est Poutine, et non l’OTAN,

Nous soutenons les réfractaires à l’armée russe

Le 24 février, l’armée russe a envahi le territoire ukrainien. Depuis, la population ukrainienne subit les bombes, tirs d’artillerie, chars, qui tuent, mutilent, détruisent. Ils et elles résistent aux attaques décidées par le régime dictatorial de Poutine. Comme dans toute guerre, ce sont les peuples qui sont les premières victimes. Des témoignages montrent des refus d’obéissance au sein de l’armée russe. Des soldats désertent. Nous devons leur apporter notre solidarité ! C’est aussi un moyen de soutenir ceux qui, en Russie, s’opposent à Poutine et à son régime. Nous sommes pour le

Avec le peuple ukrainien

Les villes et les campagnes ukrainiennes sont sous les bombes. Les civils sont pris pour cibles et jetés sur les routes de l’Europe, entraînant la mort de dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants tous les jours. L’invasion menée par l’armée russe, sur ordres de Vladimir Poutine, réveille les pires souvenirs de notre continent traumatisé par deux guerres mondiales. La solidarité avec le peuple ukrainien et les réfugiés fuyant cette guerre, quelles que soient leurs origines, va de soi pour nous, qui nous reconnaissons dans les combats de la gauche et

Poutine veut écraser toute opposition en Russie

Alors que les troupes russes font régner la terreur sur les Ukrainien-nes, les ministres de Vladimir Poutine prétendent vouloir une paix négociée. Mais la victoire étant hors de portée, la guerre du Kremlin se tourne vers le front intérieur, pour étouffer les voix dissidentes qui s’opposent à la guerre en Russie. Alexey Sakhnin, né aux débuts des années 1980, a été l’un des cadres du Front de gauche : une importante coalition liée au Parti communiste russe, fondée en 2008 et ouvertement opposée au pouvoir de Vladimir Poutine. L’objectif du Front

Communiqué du Mouvement Socialiste de Russie

Des manifestations anti-guerre se sont déroulées le dimanche 6 mars dans de nombreuses villes de Russie, Moscou et Saint Petersbourg,mais aussi en Sibérie, à Tomsk, Novosibirsk, à Krasnoïarsk et Nijniy Novgorod. Toute la journée, le canal Telegram du Mouvement Socialiste de Russie en a rendu compte. A l’issue de cette journée de courageuses mobilisations, il a publié le communiqué suivant le 6 mars : Le pouvoir s’est bien préparé aux meetings d’aujourd’hui. L’arsenal des lois répressives s’était enrichi la veille d’un nouveau paquet de correctifs au code administratif et au

La guerre en Ukraine et l’anti-impérialisme aujourd’hui. Une réponse à Gilbert Achcar

Partons de ce constat : il y a aujourd’hui, au sein de la gauche de gauche, celle qui s’est mobilisée contre les guerres impériales des dernières décennies, des approches différentes et, sur certains points, divergentes sur la guerre en Ukraine. En Europe et, plus largement, dans les pays « occidentaux » (ce terme problématique prend néanmoins dans ce contexte une signification plus précise), les positions de soutien à la Russie sont marginales. Même les partis communistes ouvertement nostalgiques de l’URSS tels que les partis grec et portugais ont condamné l’invasion russe, qualifiée de « guerre impérialiste », et souligné

Contre la guerre de Poutine, solidarité avec le peuple ukrainien !

L’Ukraine est aujourd’hui sous les bombes, envahie par l’armée russe, sous les ordres d’un Vladimir Poutine qui réveille les pires souvenirs de l’Europe. Il cherche à exalter le nationalisme russe par une politique de puissance agressive. Il veut restaurer le statut de puissance mondiale et impériale de la Russie. Il veut écraser les gouvernements et les peuples qui lui tiennent tête dans ce qu’il estime être sa zone d’influence. Enfin il veut aussi empêcher que les avancées démocratiques en Ukraine ne fassent tache d’huile en Russie même. Pour parvenir à ses

En Russie, les féministes descendent dans la rue contre la guerre de Vladimir Poutine

Le texte présenté ci-après est un manifeste de féministes russes unies contre la guerre et l’occupation en Ukraine. Dans la Russie contemporaine, le féminisme est l’un des rares mouvements d’opposition à ne pas avoir été détruit par les vagues de persécution menées par le gouvernement de Vladimir Poutine. À ce jour, plusieurs dizaines de groupes féministes militants sont actifs dans au moins 30 villes de Russie. Dans ce texte, des féministes participant aux manifestations anti-guerre dans tout le pays appellent les féministes du monde entier à s’unir contre l’agression militaire

De la difficulté d’une politique internationale altermondialiste

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait non seulement entrer l’Europe et probablement le monde dans une nouvelle ère, mais pose des questions fondamentales à la gauche et plus globalement à tous les progressistes. Elle oblige à redéfinir ce que pourrait être une politique internationale de gauche. D’un point de vue géopolitique, la situation actuelle est caractérisée par trois éléments principaux : une grande puissance anciennement hégémonique, les États-Unis, voulant sinon le redevenir, du moins garder la main pour conduire les affaires du monde ; un pays qui auparavant était co-gestionnaire