Instagram RSS

Castaner doit démissionner !

Il ne s’agit pas d’une lubie personnelle, ni d’une posture politicienne, je laisse cela justement à tous ceux et toutes celles qui ont enfourché le même cheval que Christophe Castaner sur la soi-disant « attaque » de la Salpêtrière, journalistes et dirigeants politiques (y compris jusqu’à Yannick Jadot, consternant !), sans rien vérifier du tout, pensant surfer sur l’émotion que provoque ce type d’information. Non, il n’y a aucun doute, l’actuel ministre de l’Intérieur doit démissionner car il a commis une faute très grave pour un ministre d’Etat. Les faits sont désormais

Algérie : interview de Mahmoud Rechidi, secrétaire général du PST

Plus de deux mois se sont écoulés depuis le déclenchement du mouvement populaire du 22 février. Rétrospectivement, et au vu des objectifs que s’est fixé le mouvement, à savoir le départ du système, n’avez-vous pas le sentiment qu’il y a comme une feuille de route, celle du pouvoir, qui est en train d’être déroulée après chaque vendredi ? Une sorte de transition ordonnée avec des retraits programmés, qu’ il y a un ton et un timing donnant cette impression que le mouvement populaire accompagne et/ou se fait accompagner dans le

Etat espagnol. Elections du 28 avril. Premières réflexions

Avec une participation dépassant le 75 %, le PSOE est le principal vainqueur (avec 28,7 % des suffrages, 123 sièges par rapport aux 85 de 2016) face au Parti populaire (PP), qui est sur le seuil d’une crise irréversible (le parti est passé de 137 sièges à 66, avec 16,7 % des voix ; pour la première fois, il est sans représentation au Pays basque et n’a remporté qu’un siège en Catalogne), à Ciudadanos (C’s) (qui passe de 32 à 57 sièges, avec 15,86 % des suffrages, mais ne réalise pas

Avril 1969 : il y a cinquante ans, la naissance de la Ligue Communiste

C’est près d’un an après Mai 68, lors du week-end prolongé de Pâques 1969, que se tient le congrès de fondation de la Ligue Communiste. Détail qui, aujourd’hui, peut surprendre  : le congrès se déroule à Mannheim, une ville moyenne de ce qui était alors la République fédérale allemande (Allemagne de l’Ouest). Il s’agit ainsi de déjouer d’éventuelles mesures de répression de la part du gouvernement et de la police. En effet, les deux principales organisations parties prenantes de cette initiative politique, la Jeunesse Communiste Révolutionnaire (JCR) et le Parti

L’Espagne respire, dans l’attente des prochaines turbulences

Le scénario tant redouté de l’entrée de l’extrême droite au gouvernement n’a pas eu lieu. À l’inverse, le résultat des élections législatives espagnoles du 28 avril marque le retour en grâce de la social-démocratie. Avec 28,7 % des voix, Pedro Sánchez, le leader du PSOE, est le vainqueur incontesté de ce scrutin. Comme au Portugal, et contrairement au reste de l’Europe, la famille socialiste retrouve des couleurs. Toutefois, aucune majorité ne se dégage, confirmant la fragmentation et l’instabilité du système politique espagnol. Le symptôme le plus frappant est l’élection, pour la première

Karol Modzelewski, une grande conscience de la Pologne démocratique

Karol Modzelewski s’est éteint hier à l’âge de 81 ans. Avec lui disparaît une grande conscience de la Pologne démocratique. Portrait posthume et souvenir d’une conversation avec un homme resté fidèle à ses convictions et respecté de tous. Karol Modzelewski avait 81 ans. Pionnier de l’opposition dès le mouvement de 1956, il avait rédigé en 1965, avec son ami Jacek Kuron, une Lettre ouverte au Parti dont l’influence marqua une génération de jeunes contestataires en Pologne et bien au-delà. Fidèle à des valeurs acquises dans sa jeunesse, il a été

François, Juan… et les autres

J’veux du soleil de Gilles Perret et François Ruffin François Ruffin a réalisé avec Gilles Perret le film « J’veux du soleil ». Ils vont à la rencontre des occupants de rond-points puis vont dans les demeures de certains des personnes rencontrées. La détresse sociale qui habituellement est une honte solitaire se raconte à la première personne du singulier et face caméra. Chaque interview est un exemple de ce gaspillage d’humanité que produit cette société capitaliste. Voici quelques extraits du récit, tout en sensibilité, qu’en fait le journaliste Antoine Perraud dans Mediapart : « Du

Le rôle de l’armée au Soudan, en Algérie…Entretien avec Gilbert Achcar

En Algérie et au Soudan, l’armée s’est affichée en arbitre dans les révolutions en cours. Pour quelles raisons ? Ce sont des institutions militaires dont tout le monde sait qu’elles sont la véritable ossature du régime dans des pays comme l’Algérie, le Soudan ou l’Égypte. Voyant l’ampleur du mécontentement populaire, ils ont décidé d’agir en un coup d’État conservateur, qui sacrifie la tête du régime afin de préserver le reste. Nous avons vu ça avec Hosni Moubarak en Égypte et l’on assiste à la même chose avec Abdelaziz Bouteflika et Omar

Fédération du peuple : chiche !

J’ai lu ce matin avec attention la longue interview donnée par Jean-Luc Mélenchon au quotidien Libération. En exergue, une proposition nouvelle du leader a sonné comme un bougé stratégique : JLM met en débat la création d’une Fédération populaire que la France Insoumise pourrait proposer au lendemain des élections européennes. Il s’adresse au peuple et aux autres forces de gauche, si l’on suit le fil des questions de Laurent Joffrin et des réponses de Jean-Luc Mélenchon. Tout le monde perçoit bien le problème : une gauche autour de 30 %

Le service national universel est une arnaque !

Le gouvernement met en place son projet d’encadrement des jeunes. Au programme, uniforme, morale et précarité. Mercredi, le secrétaire d’État Gabriel Attal a fait poser en uniforme bleu marine et cocarde tricolore les premier-e-s participant-e-s au service national universel (SNU). Le programme sera lancé en juin avec 3 000 volontaires. À terme, il sera imposé à 800 000 jeunes par an. Faire son SNU sera obligatoire après la classe de troisième et le certificat sera exigé pour passer le bac et le permis de conduire. Faire la morale aux jeunes

Avril 1974 : il y a 45 ans, le Portugal en révolution.

Le 25 avril 1974, la diffusion sur les ondes de Radio Renaissance de « Grândola villa morena » (note 1) donne le signal de ce que l’on va appeler la Révolution des œillets. A l’origine, il s’agit d’une sorte de coup d’État organisé par une partie de l’armée regroupée au sein du Mouvement des Forces Armées (MFA). Leur objectif initial est d’en finir avec ce qui est alors la plus vieille dictature en Europe (note 2), de moderniser le pays et, surtout, de trouver une issue rapide aux guerres coloniales que mène