RSS

Avec le peuple ukrainien

Les villes et les campagnes ukrainiennes sont sous les bombes. Les civils sont pris pour cibles et jetés sur les routes de l’Europe, entraînant la mort de dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants tous les jours. L’invasion menée par l’armée russe, sur ordres de Vladimir Poutine, réveille les pires souvenirs de notre continent traumatisé par deux guerres mondiales. La solidarité avec le peuple ukrainien et les réfugiés fuyant cette guerre, quelles que soient leurs origines, va de soi pour nous, qui nous reconnaissons dans les combats de la gauche et

Communiqué du Mouvement Socialiste de Russie

Des manifestations anti-guerre se sont déroulées le dimanche 6 mars dans de nombreuses villes de Russie, Moscou et Saint Petersbourg,mais aussi en Sibérie, à Tomsk, Novosibirsk, à Krasnoïarsk et Nijniy Novgorod. Toute la journée, le canal Telegram du Mouvement Socialiste de Russie en a rendu compte. A l’issue de cette journée de courageuses mobilisations, il a publié le communiqué suivant le 6 mars : Le pouvoir s’est bien préparé aux meetings d’aujourd’hui. L’arsenal des lois répressives s’était enrichi la veille d’un nouveau paquet de correctifs au code administratif et au

La guerre en Ukraine et l’anti-impérialisme aujourd’hui. Une réponse à Gilbert Achcar

Partons de ce constat : il y a aujourd’hui, au sein de la gauche de gauche, celle qui s’est mobilisée contre les guerres impériales des dernières décennies, des approches différentes et, sur certains points, divergentes sur la guerre en Ukraine. En Europe et, plus largement, dans les pays « occidentaux » (ce terme problématique prend néanmoins dans ce contexte une signification plus précise), les positions de soutien à la Russie sont marginales. Même les partis communistes ouvertement nostalgiques de l’URSS tels que les partis grec et portugais ont condamné l’invasion russe, qualifiée de « guerre impérialiste », et souligné

Contre la guerre de Poutine, solidarité avec le peuple ukrainien !

L’Ukraine est aujourd’hui sous les bombes, envahie par l’armée russe, sous les ordres d’un Vladimir Poutine qui réveille les pires souvenirs de l’Europe. Il cherche à exalter le nationalisme russe par une politique de puissance agressive. Il veut restaurer le statut de puissance mondiale et impériale de la Russie. Il veut écraser les gouvernements et les peuples qui lui tiennent tête dans ce qu’il estime être sa zone d’influence. Enfin il veut aussi empêcher que les avancées démocratiques en Ukraine ne fassent tache d’huile en Russie même. Pour parvenir à ses

En Russie, les féministes descendent dans la rue contre la guerre de Vladimir Poutine

Le texte présenté ci-après est un manifeste de féministes russes unies contre la guerre et l’occupation en Ukraine. Dans la Russie contemporaine, le féminisme est l’un des rares mouvements d’opposition à ne pas avoir été détruit par les vagues de persécution menées par le gouvernement de Vladimir Poutine. À ce jour, plusieurs dizaines de groupes féministes militants sont actifs dans au moins 30 villes de Russie. Dans ce texte, des féministes participant aux manifestations anti-guerre dans tout le pays appellent les féministes du monde entier à s’unir contre l’agression militaire

De la difficulté d’une politique internationale altermondialiste

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait non seulement entrer l’Europe et probablement le monde dans une nouvelle ère, mais pose des questions fondamentales à la gauche et plus globalement à tous les progressistes. Elle oblige à redéfinir ce que pourrait être une politique internationale de gauche. D’un point de vue géopolitique, la situation actuelle est caractérisée par trois éléments principaux : une grande puissance anciennement hégémonique, les États-Unis, voulant sinon le redevenir, du moins garder la main pour conduire les affaires du monde ; un pays qui auparavant était co-gestionnaire 

Russie : résolution de la table ronde anti-guerre des forces de gauche à Moscou

Nous, membres du Parti communiste de la Fédération de Russie, du Parti révolutionnaire des travailleurs, du Mouvement socialiste russe, de l’Action socialiste de gauche, citoyens de Russie adhérant aux perspectives de gauche et démocratiques, déclarons ce qui suit eu égard au déclenchement des hostilités sur le territoire de l’Ukraine : • Nous condamnons la décision prise par le président russe Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine, en ce qu’elle entraînera la mort de milliers de personnes des deux côtés. La situation économique des travailleurs·euses des deux pays va se dégrader. L’invasion actuelle

Déclaration de DSA (USA)

Les socialistes démocrates d’Amérique condamnent l’invasion de l’Ukraine par la Russie et exigent une diplomatie et une désescalade immédiates pour résoudre cette crise. Nous sommes solidaires avec les classes ouvrières d’Ukraine et de Russie qui subiront sans aucun doute le poids de cette guerre, et avec les manifestants anti-guerre dans les deux pays et dans le monde qui appellent à une résolution diplomatique. Cette escalade extrême et asymétrique est un acte illégal en vertu de la Charte des Nations Unies et menace gravement les moyens de subsistance et le bien-être

Arrêtez immédiatement l’agression de Poutine !

Déclaration de Sotsialnyi rukh (Mouvement social) en Ukraine. L’Ukraine a été directement attaquée par l’impérialisme russe. Vladimir Poutine a ordonné de violer les frontières de l’Ukraine et de lancer des frappes de missiles sur ses plus grandes villes. 10 civils à Odessa et dans le Donbass ont déjà été tué.e.s. Un civil du centre de l’Ukraine (Ouman, Oblast de Tcherkassy) a également été tué dans les bombardements. Les soldats, avions et véhicules blindés russes attaquent les forces ukrainiennes dans toutes les régions frontalières (régions de Kharkiv, Tchernihiv, Volyn). Leurs roquettes

Mémorandum sur une position anti-impérialiste radicale concernant la guerre en Ukraine

L’invasion russe de l’Ukraine est le deuxième moment déterminant de la nouvelle guerre froide dans laquelle le monde est plongé depuis le début du siècle par suite de la décision américaine d’élargir l’OTAN. Le premier moment déterminant a été l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis en 2003. Elle s’est soldée par un échec total dans la réalisation des objectifs impérialistes étatsuniens. Le prix que l’Irak a payé – et continue de payer avec les pays voisins – a été énorme, mais la propension de l’impérialisme étatsunien à envahir d’autres pays

La France insoumise condamne l’invasion militaire de l’Ukraine avec la plus grande fermeté

Communiqué de La France insoumise (24/02) L’invasion militaire de l’Ukraine par la Russie est un acte de guerre extrêmement grave que nous condamnons avec la plus grande fermeté. C’est une violation inacceptable des principes du droit international dont Vladimir Poutine porte la responsabilité et qui fait peser le risque d’une guerre généralisée sur le continent. À cette heure, nos pensées vont vers les populations civiles prises au piège et qui vivent dans la peur. L’urgence est à agir pour les protéger et exiger un cessez le feu immédiat et le retrait

Bernie Sanders pour « la résolution diplomatique de la crise ukrainienne ».

Alors que le rude face-à-face autour de l’Ukraine ne montre aucun signe de détente, le sénateur américain Bernie Sanders a pris la parole au Sénat jeudi 10 février pour lancer un appel passionné en faveur d’une solution diplomatique à la crise impliquant les Etats-Unis et la Russie, deux superpuissances nucléaires. Bernie Sanders (Indépendant du Vermont) a averti que l’Europe «pour la première fois en près de 80 ans est confrontée à la menace d’une invasion majeure» alors que les troupes russes se massent le long de la frontière ukrainienne. Faisant écho

Les dirigeants des grandes puissances jouent avec le feu

Il n’est pas exagéré de dire que ce qui se passe actuellement au cœur du continent européen est le moment le plus dangereux de l’histoire contemporaine et le plus proche d’une troisième guerre mondiale depuis la crise des missiles soviétiques à Cuba en 1962. Il est vrai que, jusqu’à présent, ni Moscou ni Washington n’ont fait allusion à l’utilisation d’armes nucléaires, même s’il ne fait aucun doute que les deux pays ont mis leurs arsenaux nucléaires en état d’alerte face aux circonstances actuelles. Il est également vrai que le degré