Instagram RSS

Italie, affrontement en trompe l’œil ?

Le gouvernement italien ne mérite aucune considération particulière. Dominé par l’extrême droite, il est ouvertement xénophobe, fait la chasse aux migrant.es et entame des poursuites judiciaires contre ceux qui mettent en œuvre une politique d’accueil digne comme par exemple le maire de Riace, Domenico Lucano. Mais ce n’est pas cela qui pose problème aux institutions européennes, à la Commission et aux gouvernements de l’Union. D’ailleurs Emmanuel Macron n’a pas certes les mots de Matteo Salvini mais il en a l’essentiel de la pratique contre les migrants. Non, ce qui gêne

Contre Macron et Salvini, une Europe des personnes. Notre point de vue sur les migrations.

Le 17 octobre, à l’occasion du Conseil Européen, les signataires de Maintenant le Peuple ont publié une déclaration commune, notamment sur les questions de migrations. Cette semaine, le Conseil Européen se tiendra à Bruxelles. Il s’agira du premier depuis que le gouvernement autrichien, dirigé par Sebastian Kurz, en assume la Présidence. L’axe de la politique européenne est en train de se déplacer vers l’extrême-droite, avec la formation du gouvernement italien de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles et le tournant autoritaire de pays comme la Hongrie et la Pologne,

La bonne volonté suffit-elle ? A propos du manifeste de DIEM 25 sur l’Europe…

Fondé par l’ancien ministre des finances grec Yanis Varoufakis, DIEM 25 se veut un « mouvement pan-européen des démocrates ». Son « Manifeste pour démocratiser l’Europe » se veut une critique sans concession de l’Union européenne actuelle, de son fonctionnement antidémocratique, de « l’escalade de l’autoritarisme » européen qui a suivi la crise de 2008 et de « l’abime de l’austérité compétitive ». Il analyse justement le fait que « la xénophobie envers les non-Européens suit la mort de la solidarité intra-européenne ». Dans cette situation, les européens seraient « déchirés entre les deux termes d’un faux choix : se replier

Qui veut la peau de l’UE ?

La construction européenne apparaissait un processus irréversible. Tout concourt aujourd’hui à penser le contraire. Par une combinaison de facteurs dont le produit est finalement extrêmement inquiétant. La catastrophe annoncée et les moyens de la conjurer ? L’Union européenne est sans conteste le pôle faible de la mondialisation. Dans l’ancien contexte géopolitique marqué par une suprématie américaine acceptée sur le plan militaire, et par le consensus de Washington sur le plan économique, cette faiblesse était finalement peu handicapante. L’UE s’est élargie (de 12 États membres à 28) et a approfondi sa construction

Danemark : pour ou contre l’UE ?

Le débat au Danemark à propos de l’Union européenne tend à se résumer à la question « Pour ou contre ? » En dernière instance, il s’agit de se demander s’il faut demeurer dans l’UE ou la quitter, mais le plus souvent, la discussion porte sur le pouvoir de l’UE (en a-t-elle trop ou pas assez ?), et donc sur le niveau de décision politique, européen ou national. Le scepticisme des électeurEs vis-à-vis de l’UE s’est reflété dans plusieurs référendums à propos des options de retrait du pays [exceptions au droit de l’UE]. Depuis

Grèce. L’accord Tsipras-Eurogroupe : une cravate tel un nœud de pendu

Alexis Tsipras avait promis à ses homologues de changer de style et de porter une cravate quand le problème de la dette serait résolu et l’économie grecque serait sortie de la politique barbare des mémorandums appliquée sous la tutelle de la troïka des créanciers. En effet, en présentant au public à Zappeion [le monument situé dans le Jardin national d’Athènes, au centre de la capitale grecque] l’accord du dernier Eurogroupe tenu à Luxembourg [finalisé dans la nuit du 21 au 22 juin 2018], le Premier ministre grec portait… une cravate ! Il

La Grèce et les Diafoirus de l’Union européenne

“Grèce : un accord historique pour tourner la page“, titrait Le Monde du 23  juin. La lecture de l’article indique pourtant que, loin d’être tournée, cette page, parmi les plus noires de ce pays qui en a pourtant connu un certain nombre, va continuer à être écrite par les mêmes protagonistes. La Grèce a été quasiment détruite par les plans d’austérité successifs que les institutions et les gouvernements européens lui ont imposés. Cette saignée censée guérir le malade a abouti à une catastrophe économique et sociale. Depuis 2010, le PIB

Le mouvement européen « Maintenant le peuple » s’élargit !

Ce mercredi 27 juin 2017 se tenait à Bruxelles une conférence de presse pour annoncer l’élargissement du mouvement européen « Maintenant le peuple ». Fondé à Lisbonne le 12 avril 2018 par La France insoumise, Podemos (Espagne) et le Bloco de Esquerda (Portugal), ce mouvement s’est désormais élargi à trois nouvelles formations politiques : L’Alliance rouge-verte (Danemark), le Parti de gauche (Suède) et l’Alliance de gauche (Finlande). Cette conférence de presse était diffusée en direct sur internet et peut être visionnée de nouveau en suivant ce lien. Y participaient : – Catarina MARTINS

Grèce : une annonce de réduction de dette en trompe-l’œil

Éric Toussaint, que pensez-vous de l’accord signé par les ministres de la zone euro ? La Grèce est-elle sortie de la crise ? Il n’y a pas de sortie de crise du tout. Et par ailleurs, au niveau de la zone euro, on ne peut pas dire que la situation soit particulièrement brillante non plus du point de vue des dirigeants européens. C’est une annonce de réduction de dette en trompe-l’œil puisqu’il n’y a pas de réduction du stock de la dette et qu’il s’agit simplement de reporter de dix ans le début de certains remboursements,

Texte Europe d’Ensemble-Insoumis

Désobéir aux traités. Et appliquer notre programme dans la perspective d’une Europe solidaire et démocratique Les prochaines élections au Parlement européen en mai 2019vont être l’occasion de relancer le débat sur la construction européenne dans une situation où le Brexit, les projets d’Emmanuel Macron, la déconfiture de Marine Le Pen sur la question de la sortie de l’euro, la capitulation du gouvernement Syriza, sont autant d’éléments qui nécessitent de préciser notre orientation. L’Union européenne est un carcan pour les peuples. L’Union européenne, tant par son cadre institutionnel et économique que par

2019, vers un big bang du panorama politique européen ?

L’élection surprise de 5 députés de Podemos au Parlement européen en mai 2014 a, en quelque sorte, ouvert la voie a une profonde recomposition du champ politique européen. Depuis lors, l’ovni Macron a gagné la présidentielle française, l’Alternative für Deutschland (AfD) est le premier parti d’opposition en Allemagne, le Mouvement 5 étoiles est arrivé à la première place des législatives italiennes, etc. Si pour l’instant ces changements ont profondément remanié le jeu politique au niveau national, l’élection européenne de mai 2019 va précipiter les unions et désunions à l’échelon européen.

Maintenant, le peuple !

Déclaration de Lisbonne pour une révolution citoyenne en Europe (12/04/18). L’Europe n’a jamais été aussi riche qu’aujourd’hui. En même temps, elle n’a jamais été aussi inégalitaire. Dix ans après l’explosion d’une crise financière que nos peuples n’auraient jamais dû payer, nous voyons bien que ceux qui gouvernent l’Europe nous ont condamnés à une décennie perdue. L’application dogmatique, irrationnelle et inefficace des politiques d’austérité n’a résolu aucun des problèmes structurels causés par cette crise. Tout au contraire, elle a valu beaucoup de souffrances inutiles à nos peuples. Au prétexte de la

Compte-rendu du Sommet du Plan B à Lisbonne

Le 5ème sommet du Plan B, qui a eu lieu les 21 et 22 octobre à Lisbonne, était organisé par le Bloc de gauche au Portugal (Bloco de Esquerda). Il a permis de débattre sur une stratégie commune à la gauche radicale pour sortir du néolibéralisme en Europe. Si un certain nombre de débats continuent d’être contradictoires, ce sommet a confirmé que les individus et forces sociales et politiques présentes au Plan B partagent de plus en plus une critique radicale du « déficit social et démocratique »1 des institutions européennes à