Instagram RSS

Défendons tous les services publics ! Solidarité avec les cheminots et les cheminotes !

Déclaration unitaire. Voilà des années que les gouvernements successifs ont fait le choix de la privatisation des transports contre le climat, l’égalité et le social : sous-investissent dans le rail et  investissement massif  vers autoroutes et autocars, privatisés qui favorisent notamment l’explosion du trafic de marchandises par poids lourds. Depuis 1997 et la création de RFF, la SNCF est toujours plus segmentée, pour casser le corps social cheminot et poursuivre les privatisations  préconisées par les « directives » européennes. Aujourd’hui Macron pousse au bout la logique, de l’éclatement de la

Les médias et Macron : retour au temps de l’ORTF…

Avec la nomination du pro-macroniste Bertrand Delais à la tête de LCP, le président de la République est-il en train de réinventer un ministère de l’Information ? La macronie aurait-elle commencé à célébrer, de façon funèbre, le cinquantenaire de Mai 68 ? Le Président laisse en tout cas se dégager un parfum d’ORTF. La décision de nommer Bertrand Delais à la tête de LCP, La chaîne parlementaire, sonne comme une provocation, une marque de profond mépris pour l’indépendance des médias publics comme pour le pluralisme. Bertrand Delais n’a pas seulement des accointances avec

Occitanie : “Nous restons des élu-e-s libres et fidèles à nos engagements.”

Nous venons d’avoir la confirmation que les élu-e-s EELV et PCF ont décidé pendant les fêtes de fin d’année 2017 de quitter unilatéralement et sans discussion préalable le groupe politique qui rassemblait les membres de la liste “Nouveau Monde en Commun” au Conseil régional Occitanie. Cette décision brutale est regrettable mais ne nous surprend pas. Alors que nous avions ouvert avec cette liste l’opportunité d’une alternative citoyenne, sociale et écologique, les élus d’EELV et du PCF se sont fortement éloignés des engagements que nous avions pris ensemble devant les électeurs.

« La “liberté d’importuner” n’est rien d’autre qu’un privilège masculin »

Tout mouvement d’émancipation suscite une réplique réactionnaire. Comme un hoquet, plus ou moins violent, signant le refus voire une forme d’angoisse à l’égard d’un bouleversement des normes existantes. #metoo, moment de rupture historique pour la libération des femmes et du désir, n’y a pas échappé. En réplique, la tribune des 100 femmes revendiquant la « liberté d’importuner » a cristallisé la réaction, traînant son éternel procès en puritanisme et enfermement victimaire, des critiques à l’égard des discours féministes aussi vieilles que le féminisme lui-même. En matière de séduction et de

Euthanasie et suicide assisté

Nous savons que le droit à vivre humainement, dans un pays riche comme la France, est loin d’être une réalité dès la naissance du fait des inégalités territoriales, sociales et hommes-femmes. Les conditions de la mort connaissent autant d’inégalités. Bien plus, le droit à mourir, la liberté d’un individu face à une maladie incurable, des souffrances insupportables, l’épuisement de ses capacités à préserver ce qu’il estime être “vivre”, ce droit et cette liberté n’existent pas, sont passibles de poursuites et de condamnations. Alors que s’ouvrent les États généraux de la

Non ne possiamo più di questa gente !

(nous n’en pouvons plus de tous ces gens) Cette phrase, on la lit et on l’entend depuis lundi dans toute la presse italienne. C’est la première raison que donnent les électeurs interrogés pour expliquer leur vote en faveur de la Lega (ex Ligue du Nord) ou du Mouvement 5 étoiles(M5S). Viola Carofalo, porte-parole de Potere al Popolo, parle, elle, de la victoire du racisme et du « je m’en foutisme » (qualunquismo). Du Nord au Sud de l’Italie, ce sont donc ces deux forces politiques qui remportent les élections. Le M5S progresse

La démarche politique du Bloco

Lundi le 4 décembre, Mário Centeno, ministre des finances du gouvernement PS (le « Ronaldo de l’Ecofin», selon Schaüble) a été élu pour la Présidence de l’Eurogroupe, succédant à Dijsselbloem. Le Premier ministre António Costa s’en réjouit et déclare : « C’est la preuve qu’on peut en même temps poursuivre une politique anti-austérité et être en conformité avec les règles européennes ». En fait, il vaut la peine de rappeler que Merkel a soutenu la candidature de Centeno, selon la vieille logique de partage des pouvoirs entre le PPE et le PSE : si Juncker est le

Déclaration : le sens de notre engagement collectif dans la France Insoumise

Au nom de notre collectif, composé de militant·es d’Ensemble qui sont membres de la FI, nos camarades Clémentine Autain, Caroline Fiat et Myriam Martin ont déposé un texte dans le cadre de la préparation de la Convention nationale de la France insoumise Réuni·es en coordination nationale, militant·es de Ensemble et membres de la FI, nous voudrions préciser certains aspects qui forgent notre engagement collectif et le sens de notre contribution à la construction de la FI. Le choix de la France Insoumise est le bon. Notre décision est mûrement et

Compte-rendu du Sommet du Plan B à Lisbonne

Le 5ème sommet du Plan B, qui a eu lieu les 21 et 22 octobre à Lisbonne, était organisé par le Bloc de gauche au Portugal (Bloco de Esquerda). Il a permis de débattre sur une stratégie commune à la gauche radicale pour sortir du néolibéralisme en Europe. Si un certain nombre de débats continuent d’être contradictoires, ce sommet a confirmé que les individus et forces sociales et politiques présentes au Plan B partagent de plus en plus une critique radicale du « déficit social et démocratique »1 des institutions européennes à

Contribuer à la construction de la France Insoumise

Texte collectif présenté par Clémentine Autain, Caroline Fiat, Myriam Martin. A l’issue de la consultation tenue dans « Ensemble! », les 14 et 15 octobre, déclaration en direction de la France Insoumise dans le cadre de la préparation de sa Convention. Venu-e-s de courants issus de l’extrême gauche, du PCF ou de l’écologie politique, de l’altermondialisme et du mouvement social, nous avons fait le choix de nous réunir au sein du mouvement Ensemble ! pour mieux agir dans le Front de gauche et, plus généralement, dans l’objectif de construire une nouvelle force politique

La France insoumise, pour construire une nouvelle force émancipatrice

Un profond mouvement populaire, social et politique, incarné par le vote pour Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise, s’est exprimé à l’occasion des élections présidentielles et législatives. Parvenue quasiment au niveau du bloc de droite et plus très loin du FN, la dynamique qui a alors émergé modifie durablement le paysage politique, en particulier à gauche, où les deux partis dominants du XXème siècle sont l’un et l’autre marginalisés et divisés. Des centaines de milliers d’hommes et de femmes se sont mis en mouvement, pour beaucoup pour un premier engagement.