RSS

Meeting de l’UP à Poitiers

Près de 300 personnes ont assisté, jeudi 3 mars, au meeting de l’Union Populaire organisé à Poitiers (auxquels il faut ajouter les près de 200 qui ont suivi sa diffusion en direct sur les réseaux sociaux).
Pour ce rendez-vous, 3 orateurs et oratrice de l’équipe nationale étaient présent·es. Le député insoumis Bastien Lachaud, Clémence Guetté coordonnatrice du programme l’Avenir en Commun et Thomas Portes membre du parlement de l’UP.
La première partie de la soirée a permis la prise de parole conjointe d’un·e chef·fe de fil de chacune des deux circonscriptions de Poitiers. Celle-ci portait sur les droits des femmes et l’urgence à ce qu’ils deviennent effectifs. L’occasion de présenter quelques-unes des mesures du programme à ce sujet. Cette première partie s’est close sur l’hymne des femmes diffusée par les animateurs et animatrices de la soirée et reprise par la salle. Un beau moment.
Les interventions de Bastien Lachaud, Clémence Guetté et Thomas Portes ont démarré par un point fait par le député insoumis sur l’agression de l’Ukraine par Poutine. Les propos, graves, ont été très attentivement écoutés. Sortie de l’OTAN, diplomatie altermondialiste pour la paix, renforcement de l’ONU, indépendance de la France ont été soutenus. L’expression « pas une arme, pas un homme en Ukraine » utilisée par B. Lachaud a été, dans le temps convivial qui a suivi, discuté entre militant-es : est-ce que cela voulait dire ne pas envoyer d’armes à la résistance ukrainienne ? Personne n’a eu l’occasion de lui demander de le préciser faute de temps de débat avec la salle, limite du format « meeting ».
Clémence Guetté est intervenue sur l’écologie et notamment l’accès à l’eau, et a, dans une région qu’elle connait bien pour y avoir été candidate à l’élection régionale, illustré ses propos par des exemples locaux. La lutte exemplaire contre les mega bassines, objet d’une visite la semaine dernière d’une délégation du collectif national Plus Jamais ça, a été saluée comme il se doit, suscitant l’enthousiasme de la salle, dont une partie participe déjà aux actions du collectif Bassines, Non Merci.
Dans le département rural qu’est la Vienne, l’intervention de Thomas Portes sur la problématique des transports a reçu un accueil très chaleureux. Alors que la lutte contre une ligne grande vitesse entre Poitiers et Limoges s’est soldée relativement récemment par l’abandon de ce projet délirant, les propositions du programme rappelées de « mettre des gares partout » et « un maximum de camions sur les trains » est venu renforcer le combat naissant contre le scandale écologique et social que représente le projet d’autoroute Poitiers et Limoges !
Marseillaise et Internationale ont, dans cet ordre, clos la soirée.
Une salle pleine, de militant·es mais aussi de personnes inconnues dont c’était la première réunion politique ; des moments forts autour de l’hymne des femmes et de l’internationale par exemple ; des propositions du programme expliquées et applaudies ; une dynamique positive de la campagne, partagée  par les orateurs et oratrice de l’équipe nationale et les militant·es localement ; une soirée qui donne de l’énergie pour les 37 jours qui restent avant le premier tour de l’élection présidentielle ; et une soirée qui a permis l’apparition es qualité d’Ensemble Insoumis·es ! 86, par la distribution du 4 pages par ses militant·es, dont la plupart sont investi·es dans la campagne de l’Union Populaire.
Ensemble-InsoumisE-86